Communauté

Interview de Pierre Ammeloot, CTO freelance

Le 17 avril 2019, par Anaëlle Gautier

Cet article a été initialement publié sur Medium le 23 janvier 2018.

Les portraits de freelances se suivent mais ne se ressemblent pas sur notre blog. Après Laura et François, rencontrez Pierre, CTO freelance en région lyonnaise.

L’entrepreneuriat, un choix évident

Pour Pierre, l’entrepreneuriat, qu’il soit sous une forme d’entreprise / équipe ou en individuel, c’était plus qu’une évidence.

Il s’est mis au code tout seul à 13 ans, a vendu son premier site à 16 et monté sa première entreprise à 17 ! Rien que ça. 😮

Il a ensuite suivi une formation technique, lui apportant la théorie de ce qu’il pratiquait déjà. A la fin de cette première étape, il ne sait que choisir entre école d’ingénieur et école de commerce : il n’est pleinement à l’aise dans aucun de ces choix, il a un profil complet et souhaite l’exploiter.

Il choisit donc une licence en management et technologies, où il fait à la fois de la comptabilité et du droit, mais aussi de l’informatique et des mathématiques.

En 10 ans, il a dirigé différentes entreprises, monté 4 boîtes, été indépendant … Dire qu’il aime le changement et les nouveaux défis est un euphémisme ! 😉

Aujourd’hui, il se présente comme Directeur technique indépendant. Un job qui recouvre des activités multiples et variées, bien au-delà de son simple titre :

“J’accompagne les entreprises en croissance dans leurs enjeux de structuration. Je m’adresse aux managers et équipes dirigeantes. En fait, mon coeur de métier, c’est l’humain.

Les entreprises en forte croissance connaissent des problèmes exacerbés en raison de celle-ci. Mon but est de les accompagner sur ces enjeux. Mes missions sont extrêmement larges, de la mise en place d’un nouveau logiciel de paye, à l’intégration d’une entreprise rachetée récemment, en passant par des due diligences techniques.”

Son titre officieux ? Chef de projet mission impossible ! 😆 Celui-ci est bien plus représentatif de ses activités que son titre officiel de CTO freelance.

Ce qu’il apporte systématiquement en revanche, quelles que soient ses missions, c’est sa méthodologie. C’est la base qui lui permet d’aborder n’importe quelle situation complexe et de pouvoir faire des recommandations aux équipes en place.

Indépendant, mais pas seul !

Certes, Pierre est aujourd’hui indépendant, mais il n’est pas seul pour autant. Il a su s’entourer d’un réseau de 17 000 contacts qualifiés, sur tout l’axe alpin, mais aussi Paris, Berlin …

Dans ce réseau, il y a de nombreux freelances, des consultants, des SSII … Ce que Pierre apprécie dans ce fonctionnement, c’est qu’il peut travailler et faire travailler d’autres indépendants, sans être responsable de leurs salaires pour autant.

“J’ai déjà monté et dirigé des entreprises avec des équipes 100% internes. La différence principale avec ce réseau de freelances avec lequel je travaille aujourd’hui, c’est la charge mentale que cela enlève ! Celle-ci est loin d’être neutre.”

Pour une réponse à un appel à projet récent pour Veolia par exemple, il a construit toute une équipe. Ils ont obtenu la mission, ce sont donc 7 personnes qui auront un travail pendant un an grâce à la recommandation de Pierre.

Il recommande d’autres indépendants avec d’autant plus de plaisir qu’il sait que, statistiquement, les services “reviennent”. Aujourd’hui, c’est lui qui parle d’un autre freelance à une entreprise, demain, ce sera sans doute l’inverse !

Pierre s’implique également dans l’écosystème lyonnais, pour booster des startups. Il intervient en tant que mentor, notamment au sein de l’incubateur BoostinLyon.

Oui, les entreprises sont capables de payer … et cher !

Pierre insiste sur le fait que les entreprises sont tout à fait prêtes à mettre le prix pour travailler avec un freelance. Surtout dans sa catégorie de clients, des entreprises en forte croissance, où le budget n’est pas une problématique.

Aujourd’hui, il est booké à 187% pour 2018, ce qui lui fait dire que ses tarifs ne sont pas assez élevés !

“Quand on répond à un problème précis, dont le client est conscient, et qu’il y a de l’argent pour y remédier, les entreprises n’ont aucun souci à payer pour travailler avec un freelance, contrairement à ce que l’on peut entendre parfois.”

S’amuser, le but unique de tout son parcours

Pierre est actuellement en train de monter sa 5ème entreprise. Et même si l’argent est nécessaire, ce n’est pas ce qui le motive au quotidien.

Ce qui le stimule et est à la base de son parcours éclectique, c’est son envie de s’amuser.

“Je ne veux faire que des choses qui m’amusent et qui ont du sens pour moi. Dans des entreprises qui ont du sens !

Si on ne le sent pas, il ne faut surtout pas le faire. C’est un luxe du freelance que de pouvoir choisir ses clients !”

C’est pour cela qu’il apprécie par exemple de collaborer avec une entreprise de 900 personnes dont les dirigeants connaissent les prénoms et les vies personnelles de leurs salariés. Un bel exemple d’attention portée à son équipe !

Et même si ses revenus fluctuent tous les mois, il ne se plaint pas. Il préfère obéir à son credo et s’éclater dans ses activités, quitte à être moins payé.

Nous vous souhaitons la même chose, que vous soyez freelance ou salarié : éclatez-vous dans votre job ! 😉

Révolution Freelance en quelques mots : Depuis trop longtemps, les travailleurs indépendants sont laissés dans l’ombre et la colère gronde. Qontoa décidé d’insuffler le vent de la révolte et de s’allier aux forces rebelles les plus influentes (ECL DirectLiveMentorMaltMorning Coworking & Wemind). Ne manquez aucune bataille sur www.revolutionfreelance.fr !

Vous pouvez retrouver Qonto sur nos réseaux : FacebookTwitterLinkedin et Instagram.

D'autres articles pourraient vous intéresser