Business

Quels outils financiers pour fidéliser vos talents ?

Le 18 avril 2019 par Gabrielle de Perthuis
Epsor quest post

Cet article a été initialement publié sur Medium le 31 janvier 2019.

Article proposé par Benjamin Pedrini, COO d’Epsor, la 1ère offre d’épargne salariale 100% en ligne.

Que vous soyez CEO, DAF ou DRH, vous savez que vos collaborateurs sont à la fois la plus grande richesse de votre entreprise, mais aussi votre poste de dépense principal en règle générale ! Des employés insatisfaits et peu engagés coûtent encore plus cher. Il faut donc savoir les chouchouter, car ce sont eux qui font la réussite de l’entreprise.

Une fois vos talents recrutés et onboardés, reste à les fidéliser. Les éléments de motivation des salariés sont multiples : avantages sociaux, ambiance de travail, culture d’entreprise, intérêt du poste, sans oublier la rémunération et les primes bien sûr. :-) Sur ce dernier point justement, comment récompenser financièrement vos salariés, tout en optimisant la masse salariale de votre entreprise ?

Définir une grille de rémunération pour vos employés

En tant que dirigeant d’entreprise, établir une grille de rémunération pour évaluer les charges que représenteront les recrutements à venir et proposer des rémunérations en ligne avec la réalité du marché est une étape indispensable.

Quel niveau de salaire fixer en fonction de quel poste ? Comment valoriser l’expérience de vos collaborateurs ? Autant de questions auxquelles vous devez répondre pour proposer un salaire juste à vos employés.

Si vous êtes un peu perdu.e.s, pas de panique : Payfit a formalisé un modèle de rémunération et vous guide pour définir le vôtre le plus facilement possible !

Fidéliser ses salariés : 3 outils financiers à votre disposition

Le recrutement peut être un casse-tête, mais les difficultés RH ne s’arrêtent pas là : il faut ensuite réussir à retenir les talents dans l’entreprise. Si c’est un sujet qui vous empêche de dormir la nuit, voici 3 moyens pour récompenser et fidéliser vos salariés :

1. Proposer un variable ou des primes exceptionnelles

Au-delà du salaire fixe, il est possible de récompenser ses salariés en ajoutant une partie variable, qui sera accordée en fonction de la réalisation d’objectifs définis en amont. Vous pouvez également décerner des primes exceptionnelles à vos salariés si leurs résultats, ou ceux de l’entreprise, s’y prêtent.

C’est une méthode largement répandue, notamment dans les jeunes entreprises, car elle permet d’associer le salarié à la réussite de l’entreprise de façon directe et visible.

Avantages

Les primes exceptionnelles sont flexibles et peu engageantes, car elles ne sont pas gravées dans le marbre et permettent de récompenser vos salariés sur le court terme pour leurs bons résultats.

Limites

Ces primes sont par définition aléatoires et peuvent être considérées comme un effort insuffisant par les salariés. Surtout, l’inconvénient principal de ce mode de rémunération réside dans son coût pour l’entreprise : le versement de salaire coûte cher, d’abord en cash, mais aussi car il est ponctionné de charges. Par rapport à ce que vous coûte une prime, votre salarié en perçoit finalement une partie beaucoup plus faible, qui sera de surcroît imposée de son côté !

Comment le mettre en place ?

Pour mettre en place ce type de complément financier, nous vous conseillons de définir en amont les objectifs et les échéances de la part variable pour vos salariés. Rien de plus frustrant pour eux d’être dans le flou à ce sujet !

Points d’attention

Pour certains postes dans l’entreprise, les objectifs ne sont pas nécessairement faciles à quantifier. Il faut être certain d’être juste dans leur définition, en étant certes ambitieux, mais sans fixer des objectifs irréalistes qui décourageront à coup sûr vos salariés et ne les inciteront pas à s’engager pour les réaliser.

2. Attribuer des BSPCE

Les Bons de souscription de parts de créateur d’entreprise (BSPCE) sont un instrument financier qui permet aux collaborateurs de l’entreprise de bénéficier d’une option d’achat d’actions de l’entreprise à un prix préférentiel, défini en amont et fixe dans le temps.

C’est un pari sur le développement de l’entreprise, qui peut permettre de réaliser une belle plus-value si la valorisation décolle. C’est un outil largement utilisé dans les startups notamment.

Avantages

L’attribution de BSPCE est soumise à des clauses de vesting : le salarié pourra exercer son droit seulement s’il est resté suffisamment longtemps dans l’entreprise (cela peut être en mois ou en années). Cela les fidélise et les encourage à participer activement au succès de l’entreprise, afin de bénéficier d’une plus-value financière dans le futur.

Par ailleurs, cela permet de motiver ses salariés sans sortir de cash au niveau de l’entreprise, ce qui est confortable pour des jeunes entreprises notamment.

Limites

Les BSPCE sont réservés aux sociétés par actions (SA, SAS notamment) mais le recours à ce type de mécanisme ne sera pas possible dans d’autres types de sociétés (SARL notamment).

Surtout, ce n’est pas un avantage à court terme pour les salariés et peut même ne jamais devenir une récompense “réelle” : statistiquement, les BSPCE n’auront jamais de valeur car les entreprises fermeront leurs portes avant.

Compte tenu de cette incertitude quant à la réalité de la récompense, les BSPCE sont souvent considérés comme un avantage “de riches”, particulièrement plébiscités par les personnes les plus seniors de l’entreprise, moins par les autres.

Comment les mettre en place ?

Pour mettre en place des BSPCE dans votre entreprise, il faut rédiger un pacte d’actionnaire et une lettre d’attribution, à faire signer à vos salariés peu de temps après leur arrivée dans l’entreprise. Le Galion Project a concocté un kit BSPCE très complet pour vous aider à vous poser toutes les bonnes questions et à en mettre en place dans votre entreprise.

Points d’attention

Quelle stratégie d’attribution adopter ? Accordez-vous ce droit seulement aux key people de l’entreprise ou à tous ? Réfléchissez-y bien pour ne pas créer de jalousie entre vos salariés !

3. Mettre en place un accord d’intéressement

L’intéressement est un complément de rémunération qui permet d’associer directement le salarié à la réussite de l’entreprise, en fonction d’objectifs définis. Souvent pensé comme le pré carré des grandes entreprises, il est en fait accessible à toutes les entreprises, dès le premier salarié.

Il peut s’accompagner d’un Plan épargne entreprise, sur lequel les salariés peuvent verser leurs primes d’intéressement, qui échapperont ainsi à l’impôt sur le revenu, et bénéficier d’abondement.

Avantages

L’avantage principal de l’intéressement réside dans son taux d’efficacité (coût pour l’entreprise/montant perçu par le salarié in fine) dû aux conditions fiscales très intéressantes qui y sont associées, tant pour l’entreprise que pour les salariés : il n’y a pas de charges patronales à verser, seulement le forfait social, plafonné à 20%. Pour les entreprises de moins de 250 salariés, il est même nul depuis le 1er janvier 2019 grâce aux avancées de la loi Pacte.

Par ailleurs, si les salariés placent leur prime d’intéressement sur leur plan d’épargne entreprise, les montants ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu. Seule la CSG-CRDS est prélevée sur le montant brut de la prime. Dans ce cas, lorsque votre entreprise déboursera 1000€ dans le cadre d’une prime d’intéressement, votre salarié touchera 903€, contre 379€ avec une prime classique* !

Limites

Pour éviter de payer l’impôt sur le revenu sur cette prime, le salarié doit la placer sur un plan d’épargne bloqué pendant 5 ans. Cependant, aucune obligation : c’est le salarié qui décide de placer ou non ses primes, et il existe par ailleurs de nombreux cas de déblocages anticipés. Certains services, comme Epsor, proposent également des avances aux salariés qui en auraient besoin, hors cas de déblocage anticipé.

Comment le mettre en place ?

Si de prime abord l’intéressement ou les plans d’épargne entreprise vous paraissent un peu barbares, c’est en fait simple à mettre en place grâce aux nouveaux services 100% en ligne qui se développent, à l’instar de Qonto pour la banque. Epsor prend par exemple en charge toutes les démarches administratives pour ses clients et vous permet de mettre en place un dispositif d’épargne salariale en quelques clics !

Points d’attention

Veillez à mettre en place un accord d’intéressement adapté à la situation de votre entreprise et à vos objectifs : des versements trimestriels peuvent être mis en place par exemple pour récompenser la croissance dès qu’elle est au rendez-vous. Cela est tout particulièrement utile dans des startups qui pilotent de près le court-terme !

Réussir à fidéliser ses talents est une nécessité absolue pour assurer la croissance pérenne de votre entreprise. Heureusement, de nombreux outils financiers sont disponibles pour récompenser ses talents à leur juste valeur et les impliquer plus étroitement dans la réussite de votre entreprise. Cela rappelle que cette aventure entrepreneuriale est une aventure collective, où chacun a un impact direct !

*Hypothèses : taux marginal d’imposition à 30%, suppression du forfait social sur l’intéressement à compter de 2019 pour les entreprises de moins de 250 salariés.

D'autres articles pourraient vous intéresser